À propos du Registraire des entreprises > Le registre et son contenu > Obligations légales découlant de l'immatriculation

Les obligations légales découlant de l'immatriculation

Mise à jour annuelle

Toute entreprise immatriculée au registre des entreprises a l’obligation, chaque année, de produire une déclaration de mise à jour annuelle durant la période prévue à cet effet, qu’elle ait ou non des changements à apporter aux renseignements qui figurent au registre. Cette obligation prend effet à compter de l’année suivant celle de l’immatriculation de l’entreprise. Lorsque la déclaration est produite après la période prévue à cette fin, elle doit être accompagnée des pénalités exigibles, comme le précise la Loi sur la publicité légale des entreprises.

Les personnes morales et les entreprises individuelles immatriculées au registre des entreprises et assujetties à la Loi sur les impôts peuvent produire leur déclaration de mise à jour annuelle et leur déclaration de revenus en une seule étape. En effet, si les renseignements figurant au registre des entreprises sont exacts, il suffit de cocher la case prévue à cet effet à la ligne 39 de la Déclaration de revenus des sociétés (CO-17) ou à la ligne 436 de la Déclaration de revenus des particuliers (TP-1). Les entreprises qui choisissent cette façon de faire sont dites visées par le « jumelage ».

Si les renseignements figurant au registre des entreprises doivent être modifiés, le service en ligne Produire une déclaration de mise à jour annuelle, accessible dans Mon bureau, sous Gestion de l’entreprise, doit être utilisé. Notez que ce service permet aussi de transmettre une déclaration ne contenant pas de modifications.

En vue de permettre le « jumelage » de la déclaration de revenus et de la déclaration de mise à jour annuelle, veuillez noter que Revenu Québec communique au Registraire des entreprises certains renseignements fiscaux nécessaires à l’exercice de ses fonctions prévues par la Loi sur la publicité légale des entreprises. La communication de ces renseignements et la protection de ceux-ci sont régies par une entente intervenue entre Revenu Québec et le ministre de l’Emploi et de la Solidarité sociale.

Les entreprises non visées par le « jumelage » doivent continuer à produire leur déclaration de mise à jour annuelle au moyen des services en ligne ou des formulaires du Registraire.

COVID-19 : Mesure d’assouplissement
La date de fin de la période de production est reportée au 30 septembre 2020 pour toute entreprise dont la date de fin se situe habituellement entre le 13 mars 2020 et le 29 septembre 2020 inclusivement.
Période de production selon le type d'entreprise
Entreprise dont la déclaration de mise à jour annuelle n’est pas jumelée à sa déclaration de revenus
Période de production Type d’entreprise
1er janvier au 15 juin Entreprise individuelle
Société de personnes
15 mai au 15 novembre Association ou autre groupement
Personne morale
Société mutuelle d'assurance
Société de secours mutuel
Société de fiducie
Société d'épargne
15 mai au 31 mars Fiducie exploitant une entreprise à caractère commercial
Entreprise dont la déclaration de mise à jour annuelle est jumelée à sa déclaration de revenus
Pour les entreprises dites « jumelées », la période de production peut être différente. Pour connaître la date de fin de la période de production de la déclaration de mise à jour annuelle de l’entreprise pour l’année en cours, consultez la section Dates des mises à jour dans l’état des renseignements de son dossier au registre des entreprises.

Note

Toute personne morale constituée au Québec est exemptée de produire une déclaration de mise à jour et est également exemptée de payer les droits annuels d’immatriculation pour toute année suivant la déclaration faisant mention de la faillite au registre et au cours de laquelle elle a exercé uniquement des activités propres à sa liquidation.

C’est un syndic de faillite qui doit produire la déclaration de radiation après qu’il aura obtenu du tribunal, aux termes de l’administration de l’actif du failli, la libération de ses obligations.

Mise à jour courante

La mise à jour courante est utilisée lorsque la déclaration de mise à jour annuelle est déjà produite et que d’autres changements surviennent en cours d’année. Les entreprises disposent alors de 30 jours suivant tout changement pour produire une déclaration de mise à jour courante. Pour ce faire, elles peuvent utiliser le service en ligne Produire une déclaration de mise à jour courante, accessible dans Mon bureau, sous Gestion de l’entreprise.

Note
Toute entreprise (ou son administrateur du bien d’autrui) immatriculé au registre des entreprises qui devient un failli au sens de la Loi sur la faillite et l’insolvabilité doit produire sans délai une déclaration de mise à jour courante en faisant mention.

Ce service est gratuit, rapide et simple à utiliser.

Correction d'une information figurant au registre des entreprises

Lorsqu'une entreprise constate qu'une déclaration déjà déposée au registre est incomplète ou inexacte, elle doit accéder à Mon bureau et, selon la nature de l’erreur, produire une déclaration de mise à jour de correction ou un recours administratif.

Note
La majorité des informations déclarées par une entreprise sont opposables aux tiers. Elles sont considérées comme exactes à compter de la date où elles sont inscrites à l'état de renseignements, et ce, jusqu'à preuve du contraire.

Obligations auprès d'autres ministères et organismes

Nous vous invitons à consulter les sites Internet de Revenu Québec et d'Entreprises Québec, qui présentent d’autres obligations dont vous devrez tenir compte lors du démarrage de votre entreprise.

Radiation volontaire

Toute entreprise qui cesse ses activités ou qui n’est plus tenue d’être immatriculée au registre des entreprises doit produire, à partir de Mon bureau, une déclaration de radiation, notamment :

  • la personne physique exploitant une entreprise individuelle;
  • la société en participation;
  • la société qui n’est pas constituée au Québec;
  • l’association ou le groupement de personnes;
  • la fiducie exploitant une entreprise à caractère commercial;
  • la personne morale de droit privé qui n’est pas constituée au Québec;
  • la personne morale de droit public (autorité publique);
  • les personnes morales constituées au Québec qui sont en faillite et dont le syndic de faillite a obtenu par le tribunal la libération de leurs obligations, au terme de l’administration de l’actif de cette personne.
Note
Les syndicats de copropriété doivent déclarer leur dissolution en produisant le formulaire Avis de dissolution, avis de nomination du liquidateur et avis de clôture (RE-803).
Dernière mise à jour : 
Haut de page Haut de page